La cigarette – Fumer n’est pas un réconfort

1999… j’ai arrêté de fumer…

Je n’étais pourtant pas motivée pour le faire et je ne le faisais même pas pour moi mais pour soutenir mon ex-mari fumeur lui aussi.
J’avais décidé de le faire avec des patchs. Je fumais depuis l’âge de 12 ans, et j’en étais à 2 paquets/jours, voire même plus bien souvent.
J’ai donc pris r-d-v chez le docteur pour qu’il me délivre des patchs. Vu la quantité de cigarette quotidienne que je fumais, je devais faire un traitement de 3 mois avec 3 patchs de grosseur différent (le plus gros en premier évidemment) bref, la veille je décidais d’écraser ma dernière clop afin de me sentir en manque et voir si le patch me comblerait. Je ne croyais pas à cette méthode et d’ailleurs, je ne croyais à aucune autre.

Afin de me donner un coup de main, je pris le taureau par les cornes et je décrochais les rideaux embaumés par l’odeur froide de la nicotine et direction, machine à laver… Idem pour les peluches, idem pour les coussins etc. etc. etc. Lavage des murs, armoires, et ouverture de toutes les fenêtres pour assainir l’air ambiant.

Le lendemain donc, le jour J !, angoisse et stress commençait à prendre le dessus, le manque de la cigarette n’aidant pas !. Je venais de faire un pari sur moi-même et il fallait que je gagne (bon ok, je suis orgueilleuse).

Patch sur l’épaule depuis 3h seulement et je suis dégoutée de la cigarette. Ma bouche est pâteuse, mon haleine sent la nicotine, comme si je venais de fumer 3 paquets de cigarettes. Curieusement, au fil des heures, cela s’estompait et je ne ressentais pas le besoin de fumer… Je me sentais bien, je me sentais comme neuve.

Pendant ces 3 mois de sevrage, j’évitais tout de même toutes les situations tentantes, à savoir: les sorties avec d’autres fumeurs, le café du matin que je remplaçais par un jus d’orange et je zappais même les scènes à la télé ou les acteurs fumaient.

La peur de passer au deuxième mois de sevrage avec un patch plus petit me titillait. Vais-je être encore avec cette sensation de ne pas avoir envie de fumer ?, telle était la question qui me trottait dans la tête. La réponse me fit donner après avoir changé la taille de mon patch. Ouf, rien de rien, pas de changement, toujours pas d’envie ni de tentation d’en griller une !

Le passage au dernier mois de sevrage avec un tout petit patch me stressait moins. Une évidence commençait à germer dans mon esprit… Je n’étais plus une dépendante de la cigarette. Et ce fut vrai, le jour où je retirais le patch de mon épaule. Mon sevrage était terminé et ma victoire fut à son comble !
J’avais réussi, moi qui n’y croyait pas, moi qui me levais même la nuit pour fumer tellement j’étais accro à cette saleté !… J’avais réussi là ou bien d’autres dépendants qui fumaient moins que moi avaient échoué avec le patch.

Peut-être ai-je réussi à cause du pari sur moi-même ou peut-être tout simplement que je refuse d’être dominer par une dépendance. Oui, je suis fier de moi !

Je retiendrais toujours ceci … Je serais toujours une ex-fumeuse et pas une non-fumeuse. Et je sais avec certitude que je ne retoucherais plus à cette saloperie. Et même si parfois une envie se fait sentir lors d’émotions de tristesse ou d’allégresse, ce n’est plus qu’une envie furtive.
En tout cas, la cigarette n’est pas un réconfort. Et rien, ni personne n’aura le mérite de me refaire plonger dans la dépendance !

stop

2 réflexions au sujet de « La cigarette – Fumer n’est pas un réconfort »

  1. C’est pour cela que je t’aime Pascale !

    Parce que c’est juste toi ….juste parce que tu es là pour moi du matin au soir du soir au matin et toutes les nuits magiques ou tu m’emmènes dans tes rêves ,parfois sur terre ou en voyage sur la mer .

    Pascale ,juste pour cela pour un café avec toi ! Je t’aime mon amour !Saches le ,je ne suis pas sans reproches ,je ne le sait que trop bien ,je ne suis pas sans défauts mais je suis certains de ce que j’éprouve pour toi ,et cela rien ni personne ne pourra rien n’y changer .

    Merci d’être juste toi,et de me remettre sur la bonne route !

    Juste parce que c’est toi ,Je t’aime ma princesse !
    Ton Doudou ,10-08-2016

  2. Bonjour Pascale,

    J’aime ton article.
    J’avais arrêté de fumer le 4 octobre 2010, pour moi, mais aussi pour aider Mario à arrêter, il ne l’a jamais fait, il voulait se garder « ce plaisir ». Evidemment le jour de son décès, j’ai recommencé à fumer, pas futée la fille……….. au mois d’octobre j’ai arrêtée seule, sans patch, sans champix, ma seule volonté. Là il faut que j’arrête de fumer, je vais essayer, peut-être avec de l’aide, je ne sais pas encore, mais je suis motivée, et ton article m’est un encouragement.
    Bisous à vous deux
    Muriel

Laisser un commentaire